Aller le contenu

Au pays des mollahs

Trente-cinq ans est un âge de raison. Hum… Peut-être pas en politique. Sûrement moins en religion. La République islamique d’Iran vient pourtant de fêter cet anniversaire sous le voile de nos lointaines ignorances. Souvent résonnent quelques mots clés: « Khomeiny »; « 1979 »; « embargo » etc. mais au final… sait-on vraiment comment les Iraniens ont traversé ces décennies?

De Persépolis au plus récent Zahra’s Paradise la BD sied bien à l’Iran. Zahra a même été une réelle candidate fictive à l’élection présidentielle de 2013… Dans la lignée de ces albums aussi engagés qu’informatifs les amateurs pourront se ruer sur celui d’Hamid reza Vassaf: Au pays des mollahs.

Chaîne youtube de Hamid reza Vassaf

Ne cherchez pas de couleurs. Tout est droit en noir et blanc. Autant vous dire que ce choix chromatique hyper restreint colle parfaitement à l’ambiance moribonde de cette histoire. Histoire simple d’ailleurs… celle d’une rencontre insulaire entre un militant islamiste pur jus (Hadji) et un intellectuel iranien (Sohaile). Deux hommes que tout oppose subitement coincés sur une île à évoquer trente ans de souvenirs.

Le cadre est simple. Un brin fantaisiste… mais il sert surtout de prétexte à la présentation d’une réalité plus crue de la société iranienne: des souvenirs diffus et parsemés de personnages réels où sont abordés avec froideur pressions et désillusions; la violence de l’endoctrinement et son corollaire de brutalité.

Au pays des mollahs

Certains seront marqués par la tragique histoire d’amour de Hadji. Son enfance difficile et son côté paumé… on en viendrait presque à avoir de la sympathie pour cet islamiste! D’autres se souviendront davantage du sort des prisonniers politiques. D’autres etc.

J’ai particulièrement apprécié l’histoire du cinéaste Mohsen Makhmalbaf. Véritable militant fanatique islamiste au début des années 1980 il devient un chantre de la Révolution au point de se boucher les oreilles au son de la musique profane. Sa vision du régime change pourtant radicalement lorsqu’il élargit sa culture cinématographique et constate les dérives liberticides du régime. Ce revirement lui vaudra plus tard d’être censuré en Iran… et d’obtenir une notoriété certaine au plan international. Après tout seuls les cons ne changent pas! Un peu de nuances et de perspectives sur la perception du régime… c’est aussi la force de cet album aussi sombre qu’engagé.

Au pays des mollahs – Hamir-Rezad Vass
Editions Même pas mal – 2011

2 commentaires

  1. passionné par l’histoire de l’Iran, je vais très vite acheter cette BD ! Merci pour ton article !

    • Oui c’est une belle BD. Beaucoup plus sombre que Persépolis… courte mais assez instructive pour imaginer l’ambiance de ces 30 dernières années en Iran.
      Articles récents de Charles: Au pays des mollahsMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.

CommentLuv badge