Aller le contenu

Jérusalem par les toits

Jérusalem. Comment aborder cette ville? Géographiquement je commencerais par les toits. Sans doute pour la vue. Sans doute aussi pour apprécier l’harmonie des muezzins qui dialoguent avec les cloches. Harmonie?! Curieux pour la ville la plus disputée du Proche-Orient. Balade dans cette ville trois fois sainte… de la quiétude des toits à la périphérie segmentée.

Quiétude des toits

Œil du cyclone ou cœur de tourbillon! En quoi les toits de Jérusalem m’ont-ils semblé si apaisants? Je ne parle pas de l’évidence même de la beauté visuelle… le Dôme du Rocher est un argument à lui tout seul. Peut-être parce qu’on y entend distinctement tout un mélange de chants et de prières. Peut-être aussi parce qu’on y snob la densité des ruelles bondées.

Comment profiter de ces vues? De ces atmosphères? Si la vue panoramique du Mont des Oliviers est exceptionnelle -et tout près de l’immense cimetière juif– j’ai largement préféré deux autres spots:

1- La balade sur les remparts nord de la ville. Les remparts de Jérusalem ont été construits sous Soliman le Magnifique. Ça pose… on y accède uniquement par la Porte de Jaffa. Puis en remontant vers l’est on traverse les abords des quartiers chrétiens et musulmans. La vue plongeante sur la Porte de Damas… le marché bondé et cette foule où se succèdent les minuscules ruelles du quartier musulman fût l’une de mes meilleures expériences intramuros.

Blogtrotter - Vue générale de jérusalem

En haut la vue des remparts nord de Jérusalem, en bas le cimetière juif sur le Mont des Oliviers. 

2- La guesthouse en rooftop. Là aussi dans le quartier musulman… A Jérusalem les toits sont plats et il me semble plus difficile de trouver une guesthouse sans rooftop que l’inverse. En soirée la foule s’efface et seuls les cloches et l’appel du muezzin résonnent dans la vieille ville.

Bien posé au calme sur son toit on entend ça:

Appels à la prière sur les toits de Jérusalem.

Quittons les toits. Allons voir plus bas.

Les ruelles de la vielle ville

Premier constat: les petites ruelles de la vieille ville sont quand même très étroites. Les troubles et belles rencontres varient au gré des vents qui soufflent ici ou se tendent par là. On y rentre comme dans un dédale… un peu perdu; en descendant cette longue et légère pente qui relie la Porte de Jaffa à l’Esplanade des Mosquées. Les frontières des quartiers juif, chrétien, musulman et arménien sont poreuses… on change ainsi d’espace comme par enchantement!

Au hasard d’une petite rue on peut tomber sur une foule compacte et entendre ça:

Manifestation? Colère? non …célébration d’un mariage musulman dans les ruelles de Jérusalem.

Le vieux Jérusalem est un univers d’improbables mixités mais aussi de tensions. Drôles de mixités… tout entourés de babioles à souvenirs on y croise des chrétiens asiatiques trimbaler d’énormes croix en psalmodiant des prières dans le très étriqué quartier musulman. Tensions bien sûr… notamment au niveau de la porte de Damas ou de l’Esplanade des mosquées où les israéliens contrôlaient avec de réelles précautions l’identité des jeunes arabes. Pour info depuis mars 2014, les Palestiniens de moins de 40 ans ne peuvent plus se rendre à Al-Aqsa pour la prière du Vendredi… (l’âge moyen en Cisjordanie frise les 22 ans!). Alors quand on voit tout un groupe de jeunes militaires israéliens, mitraillette à la main, danser pour Shabbat devant le Mur des Lamentations le contraste est fort.

Dans la vieille ville

Périphérie de quartiers

En sortant par la Porte de Jaffa on arrive sur la très chic avenue commerciale de Mamilla. Tout au bout, près du cimetière, se trouve à ma connaissance l’unique place George W. Bush jamais inaugurée sur terre. Bon… elle n’est pas très grande mais elle existe quand même! Plus loin le long de Jaffa road sont regroupés quelques bistrots sympas utiles à tromper la tranquillité nocturne de la vieille ville.

George Bush Square - Jerusalem

Tribute to George W. Bush

En dehors de cette artère… les communautés se sont installées dans des univers de rien à voir. Comment aujourd’hui imaginer que Mea Shearim (quartier de juifs ultraorthodoxes) et Jérusalem-Est (quartier palestinien) puissent cohabiter si proches dans une même ville? Les distances sont courtes. Ces quartiers possèdent pourtant leurs propres caractères comme si l’on passait d’un pays à l’autre en quelques rues.

Blogtrotter - Jérusalem - Mea Shearim

Mea Shearim – quartier juif ultraorthodoxe.

Blogtrotter - Jérusalem Est

Jérusalem-Est dans le prolongement de la Porte de Damas.

De fait les communautés se referment et les contacts s’amenuisent. Une logique toute bête d’éloignement se poursuit… toute bête au point qu’un grand mur tout gris s’érige aujourd’hui comme pathétique système de défense. A l’occasion Caillasse dialogue avec Réplique. Dialogue zéro. Ils accouchent comme tel de merveilleux clichés qu’on peut même lire sur Tinder!

Dire qu’on commençait sur toits de Jérusalem… beaucoup de chemin en peu de kilomètres.

PS: Pour voir de chouettes photos de gens qui sautent sur les toits de Jérusalem c’est ici.

3 commentaires

  1. Merci pour cette belle immersion dans la ville. On a eu envie de te suivre sur les toits !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.

CommentLuv badge